15/04/2009

Choisir sa mort : à quoi au juste disons-nous oui ?

Dans son édition de la semaine dernière, l’Hebdo nous fait part de son sondage exclusif sur l’assistance au suicide : 75% des Suisses diraient « oui » à cette mort choisie. En parcourant le journal, je suis frappé par le voisinage de l’article concerné à ce sujet et le compte-rendu qui nous est proposé du dernier livre de Régis Debray sous le titre « cette fraternité qui nous manque ». Je me demande si la réflexion présentée par l’essayiste français ne devrait pas amener une lecture critique de nos choix par rapport à l’autodélivrance. Cette manière d’envisager sa mort, n’est-elle pas une des conséquences du « moi-je » qui oublie le « nous », seul capable  de m’inscrire dans une histoire et une communion humaines ?

Lire la suite