17/02/2013

La banalisation de l'amitié

Au passage de 2013 j'ai constaté que j'avais passé le cap des 1'000 "amis" sur facebook. C'est sympathique d'autant plus que je ne prends pas forcément toutes les demandes de personnes que je ne peux pas situer dans un réseau ou un autre. Mais cela m'amène à me poser la question de savoir ce que sont véritablement des amis.

En effet, en parcourant ma liste facebook, je constate malgré tout que les réseaux sociaux ont pour résultat de banaliser le terme "amis" et en conséquence ce que signifie l'amitié. D'une certaine manière facebook le reconnaît puisqu'il nous permet de distinguer dans notre liste entre les "amis-connaissances" et les "amis proches". Mais est-il possible de classifier ainsi nos "amis" sans dénaturer d'une certaine manière ce que le mot veut dire ? C'est pourquoi aujourd'hui nous parlons de nos "amis facebook" comme d'une catégorie d'amis à part.

Une amie ou un ami, c'est une personne avec laquelle nous sommes dans une relation particulière. L'amitié est une connivence spirituelle avec une personne en laquelle nous avons confiance et qui nous fait confiance dans les diverses rencontres et circonstances de la vie. Une amitié ne se construit pas et ne se cultive pas à coup de « tweet » et de « poke » !

Sans négliger l’importance d’établir des relations constructives avec son voisinage, ses collègues, les membres de son association ou de son club, les personnes avec lesquelles nous nous engageons pour une cause ou une autre, l’amitié est faite d’une autre qualité de rencontres, de paroles, de silences et d’échanges réciproques. Et dans ce domaine, ce n’est pas la quantité qui compte, mais bien la qualité de ces liens. Ce n’est pas forcément non plus la fréquence des messages que nous nous adressons, mais leur vérité et leur profondeur. « Beaucoup de gens vont entrer et sortir de votre vie, mais seuls les vrais amis laisseront leur empreinte dans votre cœur » (Eleanor Roosevelt).

14/10/2012

Bravo Genève !

afficher2012.jpgPLATEFORME "OUI A LA CONSTITUTION 2012"

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Les Genevoises et les Genevois ont dit oui à la nouvelle constitution. La plateforme pour le oui à la nouvelle constitution se réjouit de ce résultat positif, car il donne au canton les moyens d’affronter les défis du 21e siècle. Dans de nombreux domaines, touchant aux droits fondamentaux, à l'environnement, au logement, à la région, à l'économie et à l'emploi, aux communes, à la culture, à la formation ou à la Genève internationale, la nouvelle Loi fondamentale apporte des solutions concrètes et souvent novatrices.

 Le nouveau texte prévoit également des dispositions qui vont, avec effet immédiat, renforcer la gouvernance du canton et des communes. L’allongement de la législature à cinq ans, le nouveau mode d’élection du Conseil d’Etat ainsi que l’instauration d’une présidence du gouvernement pour la durée de la législature sont autant d’éléments qui amélioreront la visibilité et l’efficacité de l’action du Conseil d’Etat. Les communes, quant à elles, auront davantage de moyens à leur disposition pour se faire entendre du canton.

La plateforme pour le oui à la nouvelle constitution a mené une campagne digne, fondée sur une lecture et une évaluation approfondies du nouveau texte. Sont membres de la plateforme : la grande majorité des constituants[i], six partis cantonaux (PLR, Verts, PS, PDC, Vert’libéraux et Parti pirate), 31 associations et plus de 200 personnes qui ont choisi de soutenir individuellement les actions de la plateforme. Le oui des Genevois apparaît donc comme la victoire du rassemblement. Nous souhaitons que les dispositions de la nouvelle constitution puissent être mises en œuvre dans les délais prévus et dans l'état d'esprit qui a permis à une large majorité de l'Assemblée constituante de les accepte et au souverain de les ratifier par son vote d'aujourd'hui.

Pour le Comité de la plateforme "Oui à la Constitution 2012": Maurice Gardiol, coordinateur, www.constitution2012oui.ch


[i] 55 élu-e-s, membres de 9 groupes de l'Assemblée:

Associations de Genève, Démocrate-chrétien, g(e)-avance, Libéraux et indépendants, Mouvement changer Genève (MCG),  Radical-ouverture, Socialistes-pluralistes. UDC, Verts et associatifs.

09/10/2012

Une constitution innovante et avant-gardiste

Certains et certaines veulent nous faire croire que le projet de nouvelle constitution est nul. Grand bien leur fasse ! Mais deux experts du droit constitutionnel, qui ne peuvent pas être taxés de "néo-libéraux" ni être soupçonnés de se laisser prendre à des pièges dont le texte serait truffés, viennent de s'exprimer de manière très claire dans un quotidien romand:

Le premier, Andreas Auer, professeur de droit constitutionnel, affirme que ce projet de nouvelle constitution est plein d'innovations et de bonnes surprises. Il souligne que l'Assemblée constituante genevoise est parvenue à présenter un texte qui va redonner une constitution à ce canton alors que la constitution actuelle n'est plus utilisable !

Le second, Giorgio Malinverni, ancien juge à la Cour européenne des droits de l'homme, fait un constat très élogieux du projet et va même jusqu'à dire qu'il est avant-gardiste ! En particulier en matière de droits fondamentaux et de libertés syndicales.

Ne vous fiez donc pas aux slogans simplificateurs de ceux et celles qui dès le départ ne voulaient pas de nouvelle constitution et qui s'efforcent de trouver ci et là des arguments pour nourrir leur slogans simplificateurs et leurs interpétations idéologiques. Lisez le texte du projet de constitution, comparez et vous n'aurez sans doute aucune peine à voter OUI au projet qui vous est présenté.

Personne parmi nous n'a prétendu que ce texte est parfait, mais l'appréciation des professeurs Auer et Malinverni nous confirme dans l'idée que ce projet donne une vision claire des buts de l'Etat et de sa mission.

07/10/2012

Une campagne grotesque !

A en croire les opposant-e-s au projet de nouvelle constitution, celle-ci va permettre que l'armée débarque à Genève avec ses tanks et ses Grippen pour venir abattre nos chiens et nos chats domestiques, prendre pour cible et défigurer nos armoiries, installer une centrale nucléaire sur la plaine de Plainpalais, occuper nos logements en jetant les locataires à la rue ou encore obliger l'Etat à se transformer en société anonyme pour être coté en bourse et être mis en concurrence pour l’accomplissent de toutes ses tâches avec des multinationales qui réduiront en cendres ses monopoles.

Un vrai délire dans lequel se sont unis les extrêmes dans le but de faire trébucher les institutions et de vouloir essayer ensuite d'en tirer profit pour leurs prochaines campagnes politiques. De mon point de vue la ficelle est un peu grosse et j'espère qu'une majorité de genevoises et de genevois ne se laisseront pas abuser.

Car le projet de nouvelle Constitution est tout autre chose. C'est le résultat de convergences élaborées de manière transparente avec toutes celles et tous ceux qui estimaient nécessaires de parvenir à un texte qui puisse être largement accepté par l'Assemblée, puis par les partis et enfin par le peuple. Il ne s'agit pas d'un compromis mou car le projet contient bon nombre de nouveautés et d'innovations sur lesquelles nous sommes parvenus à nous mettre d'accord. Ces éléments sont présentés dans le dépliant que la plateforme a fait parvenir à toutes les habitantes et tous les habitants de notre canton. Si cela vous a échappé, vous pouver le découvrir et le lire sur le site: www.constitution2012oui.ch

Convaicu du bienfondé de notre prise de position, 6 partis et 31 associations vous invitent à voter OUI pour cette nouvelle constitution. Vous en trouvez aussi la liste sur le site de la plateforme

CST-2012-OUI_e-card-partis.jpg

04/10/2012

Bon nombre d'associations se prononcent positivement sur le projet de nouvelle constitution!

L'Association Stopsuicide est la 31ème association qui se joint à la plateforme "Oui à la constitution 2012. Comme les 30 autres elle manifeste son intérêt à plusieurs articles qui sont introduits dans cette charte fondamentale. En plus de la liste ci-dessous, vous pouvez trouver sur le site de la plateforme les liens avec les argumentaires développés par ces associations.

http://www.ouiconstitution2012.ch/collectifs.html

Lire la suite

03/10/2012

CONSTITUTION 2012: VRAI OU FAUX ???

Une démonstration par le texte du projet de nouvelle constitution

Lire la suite

01/10/2012

Nouvelle constitution: la théorie du complot néo-libéral est délirante!

La théorie du complot néo-libéral, que ce soit sur la chasse, sur le nucléaire, sur l'armée, sur le logement ou sur d'autres choses encore dans ce projet de nouvelle constitution est délirante! A Genève les blocages se nourrissent de part et d'autre par des attitudes fondamentalistes qui considèrent tout compromis constructif comme des compromissions, toute négociation comme des trahisons, toute convergence comme des pièges dont il faut se méfier.

Alors puisqu'il faut le redire, le projet de nouvelle constitution interdit la chasse, le nucléaire et la fumée dans les lieux publics. Il n'autorise pas plus le recours à l'armée que la constitution actuelle mais cadre mieux cette possibilité accordée aux cantons par la constitution fédérale, il n'autorise aucune privatisation des services publics ou des établissements de droits publics qui sont tous mentionnés dans le projet.

Si vous êtes tentés de dire non pour l'une ou l'autre de ces raisons, il vous suffit de vérifier dans le projet que vous recevez ces jours. Ne balayez pas toutes les avancées qu'il contient suite aux interprétations orientées et fallacieuses que vous aurez pu lire sur certaines affiches.

27/09/2012

Ainés, informez-vous et vous constaterez que le projet de nouvelle constitution vaut la peine d'être approuvé !

Le dépliant de l'AVIVO contient des affirmations qui ne sont que des interprétations très discutables voir mensongères du projet de nouvelle constitution.

Il suffit pour s'en rendre compte de lire le texte du projet pour se rendre compte que les droits fondamentaux ne sont pas en trompe-l'oeil, qu'il n'y a aucun recul sur l'égalité homme-femme, bien au contraire, que l'armée ne peut être sollicitée à des fins de répression mais qu'occasionnellement pour des protections d'ambassandes ou d'autres événements liés à la Genève internationale, que les droits démocratiques ne sont pas menacés et que sur certains points impoirtants ils sont renforcés, que l'autonomie des communes (y compris de la Ville de Genève) est respectée, qu'aucun démantèlement des services publics ou de l'Etat social n'est programmé, qu'aucune décision populaire de ces vingt dernières années n'a été abandonnée.

Par contre, ce que l'AVIVO ne dit pas, et c'est un comble, c'est que le projet ajoute des articles sur la politique des aînés et la collaboration intergénérationnelle et plein d'autres choses qu'un document préparé par la Plateforme des associations d'aînés soulignent. Ce document peut être téléchargé ici:

http://www.plate-forme-aines.ch/upload/files/nvlleCstGE_E...

Prenez au moins le temps de lire ce document avant de vous prononcer. Et vous constaterez certainement que ce projet ne constitution de constitue pas un danger mais une chance.

 

21/09/2012

Six président-e-s de partis publient une déclaration de soutien à la nouvelle Constitution.

C’est au cœur de Genève, sur l’île Rousseau, que les président(e)s du PS, du PLR, du PDC, des Verts, des Vert’libéraux et du Parti pirate genevois ont dévoilé, jeudi 20 septembre, le texte d’une déclaration commune soutenant la nouvelle constitution, qui sera soumise au vote populaire le 14 octobre prochain. Un geste fort en faveur du texte issu des travaux de l’Assemblée constituante, un geste rassembleur aussi au moment où les Genevoises et les Genevois découvrent peu à peu le projet de nouvelle constitution. Voici le texte de cette déclaration:

Lire la suite

30/08/2012

La constitution 2012 : un texte rassembleur, moderne et novateur

Le comité de la plateforme « Oui à la constitution 2012 » a tenu jeudi 30 août une conférence de presse pour lancer sa campagne en faveur de la nouvelle constitution genevoise, sur laquelle le peuple est invité à se prononcer le 14 octobre prochain.

Le comité, composé des constituantes et constituants favorables au projet de constitution, est représentatif des différentes sensibilités politiques qui se sont très majoritairement prononcées en faveur du nouveau texte (adopté en mai dernier par 57 oui, 15 non et 5 abstentions sur 80 constituants).

Lire la suite

19/08/2012

La Constituante n'a pas changé les armoiries du canton !

Sur les ondes de la RTS, Monsieur Bernard Lescaze a lancé une polémique sur la manière dont l'Assemblée a traité la question des armoiries dans le projet de nouvelle constitution. En tant qu'ancien président de la Commission qui a traité de ce sujet, je tiens à affirmé que le choix délibéré de l'Assemblée consistait à faire apparaître ces armoiries en ne recourant pas au langage héraldique puisque la loi existante est déjà formulée dans ces termes spécialisés. Pour qu'il n'y ait aucune ambiguité, l'Assemblée a fait figurer la reproduction des armoiries telles que décrites dans la loi, ainsi que la devise de Genève.

Il est étonnant que Monsieur Lescaze lance cette polémique une fois les travaux de l'Assemblée achevés alors que la formulation retenue figurait déjà dans l'avant-projet largment mis en consultation parmi les autorités et dans la population genevoise il y a plus de deux ans. Aucune critique n'est parvenue à notre Assemblée à ce sujet.

Pour le reste, je publie ci-dessous copie de la lettre que j'avais adressée avec le professeur de droit constitutionnel Michel Hottelier, constituante et également membre de la commission concernée suite à son courrier.

Lire la suite

14/07/2012

CONSTITUTION 2012: création d'une plateforme pour le OUI

Communiqué de presse

Dans la perspective de la votation du 14 octobre prochain, plus d'une cinquantaine de membres de l'Assemblée constituante qui se sont prononcés en faveur du projet de nouvelle constitution ont pris l'initiative de constituer une Plateforme pour le "oui à la constitution 2012".

Nous sommes en effet convaincus que le texte proposé, tout en maintenant des acquis importants de la constitution actuelle, contient des avancées substantielles et des idées novatrices dans plusieurs domaines qu'il vaut la peine de soutenir. Le texte final est le résultat de travaux assidus, menés par des personnes de sensibilités politiques très différentes. Il est le fruit de l'action déterminée de celles et ceux qui ont préféré le dialogue aux blocages afin de défendre l'Etat de droit et l'intérêt général pour les décennies à venir.

Nous invitons les personnes, les groupements et les associations qui partagent cette conviction à se joindre à notre plateforme et à participer avec nous aux diverses actions que nous entreprendrons ces prochaines semaines pour assurer une information aussi large que possible à la population sur les enjeux du choix à faire le 14 octobre 2012.

LA NOUVELLE CONSTITUTION, C'EST MAINTENANT !

Celles et ceux qui souhaitent dés maintenant rejoindre cette plateforme peuvent s'annoncer par téléphone au 076 611 34 30 ou par courriel à l'adresse: contact@ouiconstitution2012.ch

Maurice Gardiol, coordinateur de la Plateforme "Oui à la constitution 2012"

Autres membres du Comité

Thomas Büchi, Marguerite Contat Hickel*, Simone de Montmollin, Patrick-Etienne Dimier, Benoît Genecand*, Béatrice Gisiger Lionel Halpérin*, Cyril Mizrahi, Corinne Muller, Olivier Perroux, Jean-Philippe Terrier *

assistant: Pierre Meyer * (à partir du 23.7)

(* personnes de contact pendant le mois de juillet)

 

11/07/2012

Quelques interprétations contestables au sujet du projet de Constitution

Si le groupe socialiste-pluraliste à l'Assemblée constituante s'est finalement prononcé de manière unanime pour le projet issue de la 3ème et dernière lecture, c'est qu'il estime que ce projet est clairement meilleur que la constitution actuelle. Malgré quelques faiblesses ou articles qui peuvent prêter à discussion, il n'y a pas de reculs qui prêteraient à conséquence sur les points qui nous tiennent à cœur. Il y a par contre de nombreuses innovations et avancées intéressantes qui vont dans le sens de la défense des valeurs et du bien communs. A notre avis, ce projet n'a rien d'une constitution néo-libérale comme l'affirment certains sur la base d'interprétation que j'estime discutables et peu objectives. Je m'en explique dans les différents paragraphes qui suivent.

Lire la suite

05/07/2012

Syndicats et projet de nouvelle constitution

Dans leur argumentation pour refuser le projet de nouvelle constitution, les syndicats prétendent que l'Assemblée constituante n'a prêté aucune attention à leurs remarques et revendications. De fait, le groupe socialiste-pluraliste leur a adressé deux courriers à la Communauté genevoise d'action syndicale (CGAS) en mars et en mai 2012 pour répondre aux critiques qu'ils nous avaient communiquées au terme des travaux de la première lecture. Nous avions en effet été sensibles à leurs différentes argumentations qui, sur la plupart des points, rejoignaient nos préoccupations. Raison pour laquelle nous avons soutenu et défendu les modifications demandées lors des 2ème et 3ème lecture. Voici les informations principales que contenaient nos lettres :

Lire la suite

26/06/2012

Nouvelle constitution : dire "oui" à l'avenir !

Aujourd'hui le projet de nouvelle Constitution a été remis au Conseil d'Etat. C'est à lui maintenant de préparer la votation qui aura lieu sur ce projet le 14 octobre prochain. Pour autant notre tâche de constituant-e-s se poursuit aussi jusqu'à cette date sous une forme nouvelle. Il ne s'agit plus de rédiger des articles, mais de mettre en évidence, du moins pour celles et ceux qui ont dit "oui" lors du vote final de l'Assemblée le 31 mai dernier, ce qui fait la valeur de ce projet.

J'ai entendu ces derniers temps pas mal de gens dire ce qui leur semble manquer dans ce projet. Mais il est temps de prendre conscience qu'il y a aussi des choses formidables dans ce texte. Et la plupart des manques inventoriés par les opposant-e-s sont aussi dans la Constitution actuelle ! Alors que dans tous les titres du projet il y a des nouveautés dont certaines sont de réelles ouvertures sur l'avenir:

- au niveau de la protection de l'environnement, du respect de la biodiversité, d'une politique des énergies et de la mobilité qui tiennent compte des défis actuels et futurs

- au niveau d'une politique de la jeunesse, des aînés et de la nécessaire dynamique intergénérationnelle qu'il convient de favoriser

- au niveau du soutien aux sports et à la culture

- au niveau des droits fondamentaux qui doivent être respectés et mis en œuvre: le catalogue le plus complet et le plus moderne de toutes les constitutions de notre pays et fondé sur l'inviolabilité de la dignité humaine.

- au niveau du développement d'une économie libre, diversifiée, responsable et solidaire

- au niveau d'une gouvernance mieux coordonnée et qui prenne toujours mieux en compte la dimension régionale de son action

- au niveau de la reconnaissance de l'action des associations, des syndicats et des entreprises

Tant d'éléments parmi bien d'autres qui se trouvent dans ce projet et qui, dans la plupart des cas, n'ont rien de véritablement équivalent dans la Constitution actuelle. Nous ne devons pas faire la fine bouche. Celles et ceux qui prendront la peine de lire ce projet attentivement pourront sans doute le constater, cette Constitution vaut non seulement le détour, mais elle mérite d'être largement soutenue.

 

12/06/2012

L'Esprit de Genève: un rapt inacceptable !

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir sur l'affiche d'un des candidats à la prochaine élection complémentaire au Conseil d'Etat qu'il se revendique comme porteur à lui seul de l'Esprit de Genève !

Cela m'apparaît comme un rapt inacceptable. Il convient de rappeler que l'expression en question est due à l'écrivain Robert de Traz (1884-1951), ardent défenseur de l'héritage spirituel et humaniste de Genève, de sa vocation humanitaire et de son rôle international. Les apports de Calvin, de Rousseau, de Dunant, des pédagogues et des scientifiques qui ont fait rayonner son université, sont constitutifs de cet Esprit particulier. Mais plus encore, de Traz parle de Genève en tant que cité d'immigration et de refuge qui doit à ceux du dehors la plupart de ses qualités ! "Parce que dans cet espace si resserré, dans ce creuset minuscule mais souverain, les dialogues de tant d'espèces différentes ont été malaxés ensemble, parce que tant d'idées ont été exprimées, accueillies, débattues, parce que tant de gens ont accouru ici et tant d'autres se sont enfuis [...], on peut le dire: Genève est une ville où nul homme n'est étranger". Il rattache enfin " l'esprit de Genève " à la tradition des moralistes français et à l'humanisme chrétien, centré sur la valeur première de la personne humaine.

Ceci suffit pour affirmer que nul ne peut incarner à lui seul de l'Esprit de Genève. C'est un héritage et une construction communautaires dont personne n'a le monopole. Par ailleurs je ne suis pas certain que les idées politiques du candidat en question soient tant soit peu compatibles avec l'Esprit de Genève dont parlait Robert de Traz !

 

28/05/2012

Constituante: la montagne n'a pas accouché d'un éléphant, mais ce qui se présente est nettement mieux qu'une souris !

C'est ce jeudi 31 mai qu'aura lieu le vote final de l'Assemblée Constituante. Elus en novembre 2008, ses 80 membres devaient parvenir à soumettre dans un délai de 4 ans un projet de nouvelle constitution pour Genève à l'appréciation du souverain. Ce sera fait le 14 octobre prochain.

Si une majorité de l'Assemblée l'approuve jeudi, il restera donc  aux électrices et aux électeurs un peu plus de 4 mois pour se faire une idée un peu plus précise de ce qui leur est proposé. Probablement que seul un petit nombre prendra la peine de lire cette Constitution 2012 dans son entier. Il conviendra donc à celles et ceux qui ont participé à son élaboration, en particulier aux groupes et aux partis qui considèrent qu'elle est meilleure dans la forme et dans le fond que la constitution actuelle, de mettre en évidence les avancées et les avantages qu'elle présente. Il y aura bien à faire car nul doute que les oppositions seront multiples et proviendront de différents horizons.

Habitués aux bagarres sur des projets de loi concernant un sujet unique ou sur des révisions constitutionnelles partielles se focalisant aussi sur un thème particulier, nous n'avons guère l'habitude de nous prononcer sur une révision totale d'une constitution nous obligeant à faire une évaluation d'ensemble. La dernière fois au niveau cantonal, c'était en 1847, suite à la révolution radicale qui imposera son point de vue de manière plutôt autoritaire puisque la constitution avait alors été écrite par un seul homme, James Fazy, et qu'elle ne comportait quasiment aucun des droits populaires qui ont été introduits peu à peu par la suite.

Tout autre est le projet de Constitution 2012, résultat d'une volonté des électrices et électeurs genevois qui ont adopté la loi constitutionnelle de février 2008. Elle est donc le fruit d'un travail parlementaire avec ses aléas et la nécessité de se mettre d'accord sur des compromis pouvant permettre au plus grand nombre d'adhérer au contenu d'un contrat social renouvelé. Sur certains points, cela a obligé les groupes à trouver finalement le plus petit dénominateur commun. D'où un certain nombre de déceptions et de frustrations de part et d'autre. Toutefois, j'estime que si la montagne n'a pas accouché d'un éléphant, ce qui se présente est nettement mieux qu'une souris ! J'ai eu l'occasion de déjà le dire dans mes messages précédents et, si le vote de jeudi confirme la viabilité de ce projet, j'y reviendrai de diverses manières une fois que la campagne sera lancée.

 

12/05/2012

Nouvelle constitution: considérer ce qui est bien et ne pas détourner l'attention par des manoeuvres dilatoires

 

La troisième et dernière lecture du projet de nouvelle Constitution s'est achevée lundi dernier. Le résultat d'ensemble me paraît tout-à-fait probant, même si les uns et les autres ont dû renoncer à certaines ambitions qu'ils avaient à cœur de défendre au cours du processus. Ce qui est important, c'est qu'il n'y a de mon point de vue aucun recul par rapport à la Constitution actuelle et de nettes avancées sur plusieurs sujets fondamentaux (voir mes blogs précédents). En aucun cas cette révision ne constitue qu'un toilettage esthétiquement satisfaisant du texte constitutionnel. En matière de droits fondamentaux, de droits politiques, de gouvernance et de tâche de l'Etat elle permettra un certain nombre de changements et donnera des outils et des impulsions intéressants au législatif. Sur le plan du territoire, nous ne sommes certes pas parvenus à inscrire une nouvelle dynamique pour son organisation. Mais il est difficile d'imposer une solution de cette manière, une large consultation de l'ensemble des acteurs concernés est indispensable. Nous avons malgré tout quelques articles sur l'encouragement à la fusion des communes ou sur le développement de l'agglomération et de la région qui donnent des bases de travail et de réflexion pour la suite.

J'ose donc espérer qu'une large majorité de l'Assemblée apportera son soutien à ce projet lors du vote final le 31 mai prochain et que nous serons nombreux à défendre avec conviction ce texte d'ici la votation populaire du 14 octobre. Si par malheur un refus du peuple nous amenait à perdre toutes les nouveautés inscrites dans ce projet, il faudrait des années, voire des dizaines d'années pour parvenir à les introduire par la voie d'initiatives constitutionnelles dans notre loi fondamentale !

Pour mettre ces éléments en évidence, il est indispensable que l'Assemblée constituante puisse faire connaître le contenu du projet de manière factuelle et objective. Comme le précise l'article 7 de la loi constitutionnelle adoptée par le souverain il y a quatre ans : "L'Assemblée constituante informe régulièrement le public sur l'avancement de ses travaux." Certains, probablement à court d'arguments pour contester le contenu du texte, veulent s'attaquer à la communication mise en place par le Bureau de la Constituante et par sa commission de communication. C'est regrettable. Le site "www.constitution2012.ch" ou le dépliant mis à disposition de la population n'est absolument pas partisan et vise uniquement à sensibiliser la population sur l'importance de l'enjeu et la nécessité de s'informer pour se forger son opinion en vue du scrutin du mois d'octobre. De leurs côtés les groupes et les partis feront connaître leurs argumentations en faveur du "oui" ou du "non" dans le cadre de la campagne qui précédera le vote. Il s'agit donc bien de deux choses différentes et l'information que s'efforce de faire la Constituante ne peut à mon avis en aucun cas être considérée comme de la "propagande politique". Les autres cantons qui ont récemment révisé leurs constitutions par un processus similaire l'ont bien compris et rien n'a empêché leurs constituantes de diffuser largement une information sur le résultat de leurs travaux. Pourquoi serait-ce différent à Genève? Si ce n'est pour détourner l'attention du public sur des questions procédurières plutôt que de lui permettre de s'intéresser au fond de la question.

Je pense que personne ne sera dupe et que très rapidement le débat portera sur les propositions inscrites dans le projet de nouvelle constitution, en étant conscient que l'évaluation doit porter sur l'ensemble du document en faisant une pesée d'intérêt entre ce qui manque, certaines faiblesses et les points forts qu'il recèle.

 

03/05/2012

Des attaques infondées contre le projet de Constitution

Ces dernières semaines plusieurs personnes expriment dans leurs réseaux sociaux ou dans des lettres de lecteurs leur refus dès maintenant de la future constitution suite en particulier au choix fait par une majorité de l'assemblée de ne pas élargir les droits politiques des personnes étrangères résidant dans notre canton.

Lire la suite

20/02/2012

Les avancées de la Constituante (4)

Au chapitre des droits politiques et des institutions, le projet de nouvelle constitution apporte un certain nombre de modifications. Suivent les sensibilités politiques des uns et des autres certaines seront considérées comme des avancées et d'autres comme des reculs ou des innovations problématiques. Il me semble toutefois que pris dans leur ensemble ces changements font partie d'une recherche de consensus qui devrait permettre que le plus grand nombre trouve de quoi répondre à ses attentes.

Une révision totale de la Constitution ne peut aboutir que si le résultat obtenu fait l'objet d'une pesée d'intérêt tenant compte de l'ensemble de son contenu et non des satisfactions ou insatisfactions sur tel ou tel point particulier. Dans ce cas, l'addition des oppositions possibles condamnerait sans doute la réussite d'un tel projet.

C'est dans cette perspective qu'il convient de lire ce chapitre. Sur le point des droits politiques, une majorité a réintroduit dans le texte l'éligibilité au niveau communal des étrangers séjournant depuis plus de 8 ans en Suisse, possibilité déjà existante dans la plupart des cantons romands depuis plusieurs années. Par contre les droits de vote et d'éligibilité de ces mêmes étrangers au niveau cantonal ont été refusés. Raison pour laquelle j'ai qualifié ce changement de "petite" avancée dans un blog précédent.

En ce qui concerne les initiatives et les référendums, le nombre de signatures nécessaires serait fixé en fonction d'un pourcentage en rapport avec les titulaires des droits politiques (4% pour une initiative constitutionnelle, 3% pour une initiative législative ou un référendum facultatif). Ces pourcentages correspondent aux nombres de signatures actuellement exigées et même les réduisent en ce qui concerne l'initiative législative. Il y aura certes une augmentation progressive en fonction de l'augmentation de la population, mais cela ne semble par forcément inacceptable, même si dans de nombreux cantons l'exercice de ces droits démocratiques est plus facile qu'à Genève.

Pour les élections au système majoritaire (Conseil d'Etat et Conseil des Etats), seuls les candidat-e-s ayant obtenu la majorité absolue seront élus au premier tour.

Les changements prévus pour les institutions sont conséquents :

  • Législature de 5 ans pour le Grand-Conseil, le Conseil d'Etat de même que pour les autorités communales
  • Nomination en son sein par le Conseil d'Etat d'un président pour la durée de la législature
  • Création d'un département présidentiel qui aura en tous cas en charge les relations régionales et celles avec les organisations internationales

Ce modèle, inspiré par ce qui a été mis en place dans le canton de Vaud et à Bâle-Ville vise à renforcer le travail collégial de l'exécutif en assurant une meilleure coordination dans la durée. Il devrait aussi permettre aux interlocuteurs de l'agglomération franco-valdo-genevoise et du monde international d'avoir un vis-à-vis plus stable pour faire avancer des projets qui nécessitent du temps et une équipe soudée pour les mener à bien.