23/04/2014

Soeur Bernadette

Quelques semaines après son nonantième anniversaire, elle a rendu son dernier souffle pendant les alléluias de la messe de Pâques. Célébration vécue dans le home médicalisé du vieux Fribourg où elle résidait depuis 6 ans suite à un AVC qui l’avait contrainte à ralentir sa marche et à faire retraite, plutôt que la prendre. Car chez les sœurs de la charité de St-Vincent de Paul le désir d’aller à la rencontre des autres, en particulier des plus démunis, ne s’éteint pas tant que la vie est là. Et lorsqu’elles n’ont plus la force d’agir elles-mêmes, elles soutiennent les autres qui s’y engagent par leurs prières et leurs mots d’encouragement.

Il y a 25 ans c’est avec Sœur Bernadette que nous avons commencé le travail de l’AGORA (aumônerie œcuménique auprès des requérants d’asile). Lorsque je l’ai rencontrée pour la première fois, grâce à l’Abbé André Fol qui l’avait proposée à son église pour qu’elle se joigne à notre équipe œcuménique, je me demandais comment cette petite sœur, qui avait été camarade d’école de ma mère, apparemment plutôt discrète et timide,  allait faire face à ce monde de l’asile déjà si chahuté et plein d’embûches.

Mais rien n’arrêtait Bernadette lorsqu’il s’agissait d’aller à la rencontre de ces personnes en quête d’un peu de sécurité et lorsqu’il fallait défendre leur dignité et leurs droits. A la casagora  - container que nous avions placé devant le centre d’enregistrement de Carouge pour offrir un premier accueil à des personnes le plus souvent désorientées à la suite de voyages épiques voire dramatiques, Sœur Bernadette était une vraie Mère Courage avec toutes les personnes bénévoles qui l’avaient rejointes.

Bernadette a été un vrai cadeau pour nous. Elle n’aurait pas forcément aimé que je lui rende ainsi un hommage public, mais je trouve qu’il faut dire que dans notre Suisse il y a encore des personnes qui savent ce que le mot « accueil » signifie et qui n’hésitent pas à faire des gestes de générosité sans calcul et sans arrière-pensées. Laissons-nous donc inspirer par elles plutôt que d’être menés par nos peurs et nos préjugés.