01/10/2013

Construire plus et mieux: comment relever le défi ?

IMG_8086.JPGTel était le titre d’un débat public organisé avec des candidat-e-s au Grand Conseil et au Conseil d’Etat de divers partis à la Salle communale de Plan-les-Ouates. Ce qu’a démontré ce débat organisé par la section régionale du parti socialiste, c’est la nécessité de chercher ensemble des solutions à une crise du logement qui dure depuis trop longtemps. Pour y parvenir, il convient de s’écouter et de se parler en respectant les différents besoins de la population, en trouvant des équilibres qui permettent d’y répondre.

Les avis exprimés par les uns et par les autres ont permis de mettre en évidence les problématiques suivantes :

  1. Il faut construire plus de logements (2'500 à 3'000 par années) afin d’avoir à disposition suffisamment de place pour répondre aux besoins actuels et à venir et provoquer une détente sur les prix
  2. Ces constructions doivent répondre aux besoins en logements bon marché et à la constitution d’un socle pérenne de logements sociaux conformément aux articles 178.4 et 182.2 de la constitution
  3. Afin de pouvoir construire des logements à louer ou à vendre à des prix abordables pour les classes moyennes, il convient que le Canton et les communes se donnent les moyens de garder une certaine maitrise du sol. Ceci par une politique active d’acquisition de terrains, en particulier lors de déclassements. A ce sujet les récentes décisions des conseils municipaux des communes de Plan-les-Ouates et de Confignon en lien avec le projet des Cherpines ont été saluées par plusieurs participant-e-s à la table ronde.
  4. Il convient d’envisager une densification de la zone urbaine et suburbaine, tout en préservant la qualité de vie des habitant-e-s.

D’autres questions ou remarques énoncées lors de ce débat méritent aussi d’être relevées.

Christian Frey, candidat PS au Grand Conseil, s’est élevé contre le fait que l’Hospice Général qui dispose d’un important parc immobilier, ne l’utilise plus pour permettre le logement de personnes en situation de précarité mais cherche à tirer un rendement de ces biens. Ceci lui paraît ne pas être en accord avec la mission première de cette institution.

Serge dal Bosco, candidat PDC au Conseil d’Etat, a insisté sur la nécessité d’un soutien du canton aux communes qui construisent. Il s’est félicité à ce sujet que ce principe ait été introduit dans la nouvelle constitution. Il souhaite également un allègement et une plus grande rapidité des procédures comme le prévoit l’article 179.2.

Sur ce point, Guylaine Antille, candidate PS au Grand Conseil, relève que s’il est nécessaire d’organiser une meilleure coordination des procédures, celles-ci ne doivent pas empêcher une consultation préalable des populations concernées afin de préparer le terrain et éventuellement désamorcer des conflits qui peuvent surgir après-coup si cette étape a été négligée.

Alexandra Rys, candidate PDC au Grand Conseil estime qu’il faut surmonter la peur du changement de bon nombre de genevois et leur faire comprendre que par la force des choses le visage de notre cité et de notre canton va changer.

Roger Deneys, candidat PS au Conseil d’Etat, défend avec  elle et d’autres, la nécessité de soutenir la construction de logements par des coopératives en mettant des terrains à disposition pour de tels projets. C’est une manière de faire que d’autres cantons ont su appliquer pour mettre à disposition des logements à prix abordables et qui ne subissent pas les effets pervers de la spéculation.

Lauren Baddeley, elle-même architecte et candidate des Verts au Grand-Conseil, confirme que la tension entre le quantitatif et le qualitatif peut être résolue dans une recherche avec des architectes conscients de ces problématiques et disposés à ne pas construire de la simple banlieue.

Benoît Genecand, candidat PLR au Grand Conseil, affirme pour sa part que le projet Praille-Acacias-Vernets devrait permettre de densifier de manière intelligent le centre urbanisé du Canton. Avec le plan directeur récemment adopté, ceci donne de réels moyens pour atteindre l’objectif de construire plus et mieux.

A ce sujet, Roger Deneys s’étonne que ce plan contienne des éléments concernant une traversée du lac dont on ne sait pas comment il pourra être financé, mais que rien n’est dit sur la nécessité de prévoir de nouvelles constructions et une plus grande densification de la rive gauche. Il y a aussi nécessité de trouver des équilibres dans les efforts réalisés par les uns et par les autres.

Laurent Dubois, candidat des Vert’Libéraux au Grand Conseil, a pour sa part attirer l’attention sur les besoins de la classe moyenne qui se trouve exclue des logements HLM mais dont les budgets ne permettent pas de trouver d’autres logements à des prix abordables.

Irène Buche, candidate PS au Grand Conseil, souligne qu’en effet le coût actuel des loyers met les locataires dans des situations impossibles. Il est urgent que les choses changent dans ce domaine, non seulement par le fait de construire plus, mais aussi en prenant toutes les mesures nécessaires pour éviter la spéculation et les abus qui contribuent à péjorer la situation. La situation est aussi particulièrement préoccupante pour les jeunes qui ne parviennent pas à trouver des logements à des prix abordables. Les socialistes avaient fait plusieurs propositions dans ce sens lors de la dernière législature qui n’ont malheureusement pas trouvé de majorité.

La nouvelle constitution donne des bases et contient des incitations qui devraient être mises en œuvre sans tarder. (voir ce documetn: Présentation 25.9.13.pdf)En plus du « droit au logement » qui doit permettre que toute personne dans le besoin soit logée de manière appropriée (art. 38), une réelle politique du logement et sa composante logement social, doit être relancée de manière crédible par les autorités qui seront élues ces prochaines semaines.

Les commentaires sont fermés.