28/05/2012

Constituante: la montagne n'a pas accouché d'un éléphant, mais ce qui se présente est nettement mieux qu'une souris !

C'est ce jeudi 31 mai qu'aura lieu le vote final de l'Assemblée Constituante. Elus en novembre 2008, ses 80 membres devaient parvenir à soumettre dans un délai de 4 ans un projet de nouvelle constitution pour Genève à l'appréciation du souverain. Ce sera fait le 14 octobre prochain.

Si une majorité de l'Assemblée l'approuve jeudi, il restera donc  aux électrices et aux électeurs un peu plus de 4 mois pour se faire une idée un peu plus précise de ce qui leur est proposé. Probablement que seul un petit nombre prendra la peine de lire cette Constitution 2012 dans son entier. Il conviendra donc à celles et ceux qui ont participé à son élaboration, en particulier aux groupes et aux partis qui considèrent qu'elle est meilleure dans la forme et dans le fond que la constitution actuelle, de mettre en évidence les avancées et les avantages qu'elle présente. Il y aura bien à faire car nul doute que les oppositions seront multiples et proviendront de différents horizons.

Habitués aux bagarres sur des projets de loi concernant un sujet unique ou sur des révisions constitutionnelles partielles se focalisant aussi sur un thème particulier, nous n'avons guère l'habitude de nous prononcer sur une révision totale d'une constitution nous obligeant à faire une évaluation d'ensemble. La dernière fois au niveau cantonal, c'était en 1847, suite à la révolution radicale qui imposera son point de vue de manière plutôt autoritaire puisque la constitution avait alors été écrite par un seul homme, James Fazy, et qu'elle ne comportait quasiment aucun des droits populaires qui ont été introduits peu à peu par la suite.

Tout autre est le projet de Constitution 2012, résultat d'une volonté des électrices et électeurs genevois qui ont adopté la loi constitutionnelle de février 2008. Elle est donc le fruit d'un travail parlementaire avec ses aléas et la nécessité de se mettre d'accord sur des compromis pouvant permettre au plus grand nombre d'adhérer au contenu d'un contrat social renouvelé. Sur certains points, cela a obligé les groupes à trouver finalement le plus petit dénominateur commun. D'où un certain nombre de déceptions et de frustrations de part et d'autre. Toutefois, j'estime que si la montagne n'a pas accouché d'un éléphant, ce qui se présente est nettement mieux qu'une souris ! J'ai eu l'occasion de déjà le dire dans mes messages précédents et, si le vote de jeudi confirme la viabilité de ce projet, j'y reviendrai de diverses manières une fois que la campagne sera lancée.

 

Les commentaires sont fermés.