14/10/2011

L'initiative parlementaire "Autoriser dans l'espace public les symboles de l'Occident chrétien" largement refusée par la Commission des Institutions politiques du Conseil des Etats !

Voici le communiqué que la Commission des Institutions politiques (CIP) du Conseil des Etat a publié suite à sa séance du 13 octobre 2011

"Par 8 voix contre 3, la CIP du Conseil des Etats a refusé de suivre son homologue du Conseil national, qui avait décidé, le 20 mai 2011, par 12 voix contre 12 et la voix prépondérante du président, d'approuver l'initiative parlementaire 10.512. Déposée par la conseillère nationale Ida Glanzmann (CEg, LU), cette initiative vise à inscrire dans la Constitution fédérale le principe selon lequel les symboles de l'Occident chrétien sont autorisés dans l'espace public. La CIP du Conseil des Etats entend ainsi sauvegarder la neutralité religieuse de l'Etat, qu'elle considère comme une condition sine qua non de la coexistence pacifique des religions. Elle relève qu'introduire un article constitutionnel qui accorde une place privilégiée à une religion pourrait mettre en péril la paix religieuse dans notre pays, et ce, dès les débats précédant la votation populaire concernée. Enfin, contrairement à l'auteur de l'initiative, la commission ne considère pas qu'une menace sérieuse pèse sur les symboles chrétiens."

Excellente décision qui reprend les arguments présentés dans le "Manifeste pour une suisse reconnaissante de son héritage et ouverte" diffusé par le Mouvement suisse du christianisme social (http://resistanceetouverture.blog.tdg.ch/archive/2011/08/19/manifeste-pour-une-suisse-reconnaissante-de-son-heritage-spi.html). Ce Manifeste avait été transmis aux parlementsires fédéraux concernés muni de près de 250 signatures.

 

 

Commentaires

Je suis contre les symboles religieux dans l'espace publique.
Si on ne veut pas être envahis par des symboles religieux autres que les symboles chrétiens, il faut savoir aussi s'en passer.
La suprématie d'une religion n'est qu'une question de temps ou de lieu. Evitons de retomber dans les pièges du passé.
On ne peut interdire à d'autres ce que l'on s'autorise a soi-même.
La religion doit rester une affaire privée.

Écrit par : L' Amer Royaume | 14/10/2011

Mouais, très bien, mais quand est-il des "symboles de l'Occident chrétien" qui s'invitent dans les Ecoles publiques sous forme de "faits religieux" et autres "grands textes"?

Écrit par : Johann | 15/10/2011

Il ne faut pas tout confondre. Nous n'avons rien contre les symboles religieux, chrétiens ou autres. Nous ne voulions pas que ceux dit de l'Occident chrétien fassent l'objet d'un article dédié dans la Constitution suisse.
En ce qui concerne la connaissance du "fait religieux" il s'agit de tout autre chose. Cela fait partie de l'histoire et des cultures et il est important que nous sachions de quoi il s'agit, même pour pouvoir ensuite les critiquer si le cœur nous en dit ! Les "grands textes" proposés dans les écoles sont du reste une sélection d'écrits issus des diverses religions et philosophies et n'ont rien de discriminatoire. Ils permettent de s'ouvrir à la quête spirituelle du sens de l'existence qui est un élément essentiel de l'être humain : pas seulement matière mais aussi esprit !
Que pourrions nous comprendre à l'art, à la littérature et même au cinéma par exemple si ces repères manquent à notre formation ?

Écrit par : Maurice Gardiol | 15/10/2011

Les commentaires sont fermés.