08/10/2010

Constituante, un petit vent d'espoir !

 

Hier soir, au terme des débats sur l'emploi et en dernière seconde, Pierre Kunz et Murat Alder ont soumis à l'Assemblée un amendement pour réintroduire l'égalité entre hommes et femmes dans la Constitution en précisant qu'à travail de valeur égale devait correspondre un salaire égal.

Même si cette proposition est quelque peu appauvrie par rapport à la proposition faite par la Commission 1 (La femme et l’homme sont égaux en droit. Ils ont droit notamment à la même formation, à un salaire égal pour un travail de valeur égale, à l’égalité des chances dans la vie professionnelle et la vie familiale), je ne peux que saluer cette initiative même si elle ne m'a pas semblé très concertée entre les partis de l'entente comme on nous le fait croire maintenant.

Il conviendrait aussi de reconnaître que l'affirmation de l'égalité entre femmes et hommes n'est pas une tâche de l'Etat mais doit bien s'inscrire dans les droits fondamentaux. La thèse suivante, acceptée également par une majorité hier soir, appelant l'Etat à veiller à l'application du principe du salaire égal pour un travail égal a par contre toute sa place dans ce 5ème chapitre de la constitution.

J'ose espérer que cet accès de sagesse de la majorité de l'Assemblée sera bientôt suivi d'autres signes concrets d'une volonté retrouvée de parvenir à un texte acceptable par le plus grand nombre.

Commentaires

Cher Collègue Constituant,

Des signes concrets, nous les attendons plutôt de la gauche; la droite étant restée égale à elle-même (cf. ma note http://pierrescherb.blog.tdg.ch/archive/2010/10/08/l-homme-et-la-femme-sont-egaux-en-droit.html).

Meilleures salutations.

Écrit par : Pierre Scherb | 08/10/2010

Merci de cette bonne nouvelle, même si elle n'est pas totalement satisfaisante. Pour ma part les récentes décisions de la Constituante, dont la suppression de l'égalité FONDAMENTALE ET PAS SEULEMENT SALARIALE, entre femmes et hommes mais aussi l'abandon du refus du nucléaire posent la question suivante: La Constituante a-t-elle le droit de modifier, ici révoquer, des décisions prises démocratiquement par votation populaire?
Je croyais, probablement naïvement, que sa tâche était de nous proposer une charte fondamentale basée sur les acquis et avec une vision d'avenir et je vois que certains groupes et mouvement en profitent pour introduire leur propres valeurs et défendre leurs intérêts particuliers (même en soit respectables). Je
crains qu'à défaut de respecter le peuple, la proposition ne soit bel et bien refusée lors de sa votation populaire. De quoi donner du sens à l'avertissement de R. Longet.

Écrit par : Daniel Neeser | 08/10/2010

Les commentaires sont fermés.