07/09/2010

Opinion dissidente !

Puisque la Constituante a provisoirement décidé que les juges pourront rendre publiques leurs opinions dissidentes – sujet qui me semble devoir encore être approfondi pour en évaluer les conséquences – j’en profite pour exprimer ma propre opinion dissidente au sujet de notre Assemblée!

Nous venons de consacrer plusieurs plénières et un bon nombre d’heures à débattre, parfois de manière confuse et contradictoire sur les questions d’organisation et de fonctionnement des trois pouvoirs de notre république. Au gré des majorités nous avons décidé de prolonger la durée de vie du Grand Conseil et du Conseil d’Etat d’une année, de faire élire par ses pairs un Président du Conseil d’Etat, de modifier les dates des élections, etc.

Ces sujets ont bien sûr leur importance, mais celle-ci me semble bien relative en regard des buts de l’Etat ou des droits fondamentaux que notre Assemblée a rapidement maltraités lors de l’examen des rapports de la commission 1 au printemps dernier.

Probablement que l’ancien président de ladite commission que je suis porte une part de responsabilité en n’étant pas parvenu à convaincre mes collègues de l’importance prioritaire de ces questions. Mais je m’étonne encore aujourd’hui du peu de cas que l’Assemblée a fait des propositions relatives aux droits aux soins, à la formation au logement, aux moyens indispensables pour vivre dans la dignité, à l’égalité hommes-femmes et encore à un certain nombre de libertés économiques et syndicales pour ne citer que quelques exemples.

J’ose encore espérer que l’examen des thèses de la Commission 5 sur l’activité de l’Etat nous permettra de revenir plus sérieusement sur un certain nombre de ces sujets. En attendant j’ai le sentiment que nous nous perdons dans des méandres de débats sur le pouvoir judiciaire qu’il vaudrait mieux confier à un groupe d’experts qu’à notre Assemblée.

Commentaires

Un socialo dissident ! Où ça ?

Écrit par : Corto | 07/09/2010

Votre opinion n'est peut-être pas dissidente ?
Mais il me semble difficile d'affirmer que les décisions à prendre dans certains domaines (buts de l’Etat et droits fondamentaux) seraient plus importants que d'autres, en particulier pour le président que vous avez été (de la commission en charge de ces domaines).
Pour ma part, il me semble que la gouvernance de Genève est un aspect fondamental de notre tâche de constituants. Peut-être n'avons-nous pas (encore?) osé proposer de vraies réformes importantes, mais ces questions d’organisation et de fonctionnement des trois pouvoirs (et des autres...) me paraissent absolument centrales et mériter notre attention soutenue.
S'agissant du pouvoir judiciaire probablement avez-vous raison que nous nous sommes perdus dans des méandres de débats pas toujours clairs (nonobstant l'excellence du rapporteur), mais je ne doute pas que la commission saura remettre l'ouvrage sur le métier.
Quant au sérieux que vous espérez (pour l’examen des thèses de la Commission 5 sur l’activité de l’Etat), probablement regrettons-nous ensemble le ton polémique souvent utilisé (y compris par certains qui vous sont proches), mais nos opinons restent malheureusement dissidentes !

Écrit par : Laurent Hirsch | 09/09/2010

Les commentaires sont fermés.