25/05/2010

A trop tirer la corde elle se casse

La semaine dernière une majorité de l'assemblée plénière avait décidé de refuser la thèse sur les buts de l'Etat proposée par la commission 1 sous prétexte qu'il s'agissait de tâches. Aurjoud'hui cette même majorité, après avoir biffé l'égalité homme-femme et le principe de la non discrimination du projet de constitution, refuse toute une série de droits sociaux, y compris les droits au logement, à la formation et les droits des travailleurs, sous prétexte qu'ils s'agit de buts !!!

Tout cela par une procédure qui abuse du règlement et permet de clore sans réel débat la discussion de 14 thèses proposées par la Commission. C'est pourquoi, avec les autres Constituants de la minorité, j'ai refusé de continuer de siéger dans de telles conditions. Car autant alors que le groupe MCG et le groupe Radical présentent un amendement en proposant de remplacer l'ensemble des thèses des commissions par leurs projets de Constitution. Et nos travaux pourront s'achever rapidement.

Je doute que cette manière de faire corresponde à ce qu'a voulu le peuple genevois en acceptant la loi constitutionnelle et en élisant la Constitutante. Je suis convaincu qu'une Constitution qui ne dit plus rien sur les droits fondamentaux en terme d'égalité, de non-discrimination, de droits sociaux est morte-née. Il y avait probablement des choses à élaguer, des priorités à établir dans la liste de ces droits, mais pas de cette manière-là !

Je considère en effet que les travaux de la commission que j'ai eu l'honneur de présider pendant une année ont été traité avec mépris. Raison pour laquelle j'ai communiqué à la présidence de l'Assemblée ma décision de renoncer à cette charge avec effet immédiat. J'osais en effet espérer que le dialogue entre les diverses composantes pourraient permettre de faire ces choix relativement sereinement. Malheureusement j'ai été trop naïf et je suis obligé de constater que les appareils des partis ont repris le dessus et ont réduit à néant la liberté de réflexion et d'action de bon nombre de constituants. Nous en revenons donc à un pur affrontement gauche-droite qui est une voie sans issue pour la Constituante.

J'ose espérer que cette crise permettra de trouver rapidement une procédure plus respectueuse des travaux des uns et des autres et que nours trouverons aussi des pistes pour recoller quelques pots cassés avant qu'il ne soit trop tard. J'espère aussi que la population, les associations et tous ceux qui espèrent une nouvelle constitution vont se manifester sans même attendre les consultations prévues afin de nous rappeler à la raison.

Les commentaires sont fermés.