15/10/2009

Le groupe socialiste-pluraliste veut que le canton de Genève aide la Suisse à sortir du nucléaire

Le groupe socialiste-pluraliste est favorable à la proposition de la Commission 5 au sujet de l’énergie. Nous aimerions cependant que la nouvelle constitution encourage encore plus fermement notre canton à être pionnier en matière d’économies d’énergie. Nous souhaitons également qu’il soit pro-actif dans le soutien de la recherche et du développement des énergies renouvelables. C’est ainsi que Genève contribuera à aider notre pays à sortir du nucléaire dans les plus brefs délais.


En effet, malgré les recherches entreprises depuis des dizaines d'années, force est de constater que les problèmes de sécurité et de gestion des déchets ne sont toujours pas réglés de manière satisfaisante et qu’ils ne le seront pas encore pendant longtemps. Il est donc inconcevable que nous participions d'une manière ou d'une autre à la prolifération de déchets radioactifs ayant, pour les plus dangereux d’entre eux, un pouvoir de nuisance estimé à 200'000 ans, soit l'équivalent de 6'000 générations.

Toutes les solutions envisagées à ce jour ne peuvent exclure un risque d'erreur humaine ou d'accident naturel. Or lorsque nous mesurons les conséquences que pourraient avoir une telle erreur ou un tel accident, nous ne pouvons nous contenter d'une réponse affirmant que de toute manière "le risque zéro n'existe pas"!

Actuellement de par le monde des mers, des lacs, des rivières, des terres, continuent à être gravement polluées par des rejets ou des déchets radioactifs. Il suffit de rappeler que l'usine de retraitement de La Hague déverse plusieurs centaines de m3 par jour de boues radioactives dans la Manche contaminant ainsi toute une chaine alimentaire et toute une région. Même si c'est à faible dose, la longue durée de vie de cette radioactivité fait que les seuls rejets de la Hague en France et de Sellafield en Angleterre sont équivalent à un accident nucléaire de grande échelle chaque année selon un rapport réalisé en 2001 pour le compte du Parlement européen.

Dire que le nucléaire peut nous aider à lutter contre l'effet de serre, c'est oublier que la construction de centrales et les différentes phases de production du combustible dont elles ont besoin produisent une énorme quantité de CO2. Une telle solution nous fait seulement passer de charybde en silla.

C’est la raison pour laquelle nous soutenons le maintien de l’interdiction de telles centrales dans notre canton et dans notre région.

Les commentaires sont fermés.