28/12/2008

Au lendemain d'un shabbat sanglant

Au lendemain de l'attaque sanglante de la bande de Gaza par l'armée israëlienne, il convient de relire les principes que le Pasteur Martin Luther King enseignait à ses troupes de combattant-e-s pour les droits civiques (voir l'article du Journal Réforme: http://www.reforme.net/dossiers.php?id=188

1.La non-violence active n’est pas une méthode destinée aux lâches. C’est une véritable résistance.

2.La résistance non-violente ne vise pas à vaincre ou à humilier l’adversaire, mais à gagner son amitié et sa compréhension.

3.La lutte doit être dirigée contre les forces du mal plutôt que contre les personnes qui font le mal.

4.La non-violence active accepte de souffrir sans user de représailles. Elle accepte de recevoir des coups sans rendre la pareille. 

5.La résistance non-violente ne cherche pas seulement à éviter de se servir de la violence physique ou extérieure. Elle concerne aussi notre être intérieur. Elle consiste à refuser la haine et à vivre selon des principes fondés sur l’amour.

6.Elle se fonde sur la conviction que l'univers est à la recherche d'une harmonie morale qui sera faite de justice et de liberté, Dieu lui-même est aux côtés de celles et de ceux qui luttent pour cette justice et cette liberté.

Certains affirmeront que de tels principes relèvent de l'utopie ou ne s'appliquent pas à des Etats? Et pourtant il me semble qu'aujourd'hui tellement de représailles ou de guerre prétendument "justes" ne permettent en aucune manière de résoudre les conflits, mais seulement d'ajouter de la violence à la violence, de la souffrance à la souffrance. Il y a bien des personnes qui, en Israël et en Palestine s'engagent dans cette voie d'une action non-violente active qui est aussi une manière de respecter le shabbat dans nos vies. Le bruit des armes recouvre bien souvent leurs voix. Mais comme Martin Luther King ils ne se découragent pas, ils font un rêve, mais ils savent qu'un jour il deviendra réalité, car les autres options sont sans issue.

Barak Obama s'est référé à plusieurs reprises à Martin Luther King. Mon espoir c'est qu'il sache reprendre son enseignement et le mettre en application avec conviction, autant dans ce qui concerne la politique extérieure de son pays que dans le message qu'il délivrera à ses alliés. Il y a eu trop d'occasions manquées par le passé, et à force de ne pas chercher à édifier sérieusement la paix et la justice, nous creusons nos tombes.

17/12/2008

Temps de l'Avent : attente et aventure

Nous sommes dans le temps de l'Avent, ce temps d'attente et de préparation de Noël. Une attente qui va croissant pendant 4 semaines. Il y a de la fébrilité du côté des enfants et des commerçants, du stress aussi. Beaucoup se réjouissent de pouvoir faire la fête en famille, pour d'autres c'est une période plus difficile car les circonstances de la vie font qu'ils n'auront pas envie ou pas les moyens de s'associer à ces réjouissances. Mais que restera-t-il après le 25 décembre de la lumière attendue?

Il y a quelques jours nous célébrions les 60 ans de la Déclaration Universelle des Droits Humains et 2009 marquera les 20 ans de la Convention des Droits de l'Enfants. Des textes longtemps attendus et qui ont fait naître beaucoup d'espoirs. Aujourd'hui ces textes qui devraient assurer la protection de la dignité de tous les êtres humains et l'assurance pour les enfants de disposer d'un cadre permettant leur développement sont régulièrement bafoués. Dernier exemple en date dans notre pays, celui de Pablo (11 ans, né à Genève) et de sa maman. Camilla travaille depuis 17 ans dans notre canton de manière tout à fait légale et pourtant elle se voit refuser le renouvellement de son permis de séjour et de travail par l'Office Fédéral des Migrations malgré le préavis positif du Canton de Genève. Et ceci sous prétexte qu'elle a gardé son enfant auprès d'elle plutôt que de l'envoyer aux Philippines. Bien sûr il y a une directive qui prescrit une telle mesure par rapport aux domestiques tranvaillant auprès du personnel des missions diplomatiques. Mais cette directive, contraire justement aux Conventions internationales signées par la Suisse, justifie-t-elle une telle application inhumaine du droit ? Cela me rappelle étrangement l'histoire d'un aubergiste de Bethléem qui n'a pas daigné ouvrir sa porte à un enfant qui allait naître ! (Plus d'informartions sur cette situation: http://www.stopexclusion.ch/observatoire)

Il ne suffit donc pas de voir une attente se réaliser pour que la victoire soit acquise. Il faut encore s'engager sans relâche pour que cela prenne corps dans la réalité. L'évangéliste Jean le disait déjà à propos de Noël : "La lumière est venue éclairer nos ténèbres, mais les ténèbres ne l'ont pas reçue..., mais à celles et à ceux qui l'ont accueillie elle a donné une nouvelle possibilité et une nouvelle raison d'agir et de transmettre la chaleur et la l'éclat de sa flamme..." (ma paraphrase)

Adventus pour la Constituante ?

En sautant du "boeuf à l'âne" je dirai que la Constituante vit aussi son temps de l'Avent. Cela prend certes un peu plus de 4 semaines ! Mais comparativement à ce qui s'est passé dans d'autres cantons, nous risquons malgré tout, en partie grâce à eux puisque nous pouvons nous en inspirer, de nous mettre à l'oeuvre assez rapidement. D'autant plus que le travail a déjà réellement commencé pour le bureau provisoire et pour la commission du règlement en lien avec les différents groupes d'élus qui sont régulièrement consultés par leurs délégués. Dès le 2 février nous allons pouvoir aborder les questions de fond et cela va nous obliger à confronter nos idées, nos propositions, nos convictions, non seulement à l'intérieur de la Constituante, mais aussi dans une ouverture aux aspirations et aux attentes de la population genevoise. Attentes qui seront en partie contradictoires et dont il sera difficile de faire une synthèse apte à contenter tout le monde. Le but et le défi à relever restent cependant de proposer au terme de ce processus une Constitution pouvant rallier une majorité significative d'électrices et d'électeurs, tout en ne se satisfaisant pas du plus petit dénominateur commun ou d'un simple ravalement de façade !

Pour que cette attente ne soit pas déçue il faudra que la Constituante communique  de manière constructive avec l'ensemble des autorités et des habitant-e-s de Genève et de la région. Afin de soutenir l'intérêt des uns et des autres pour ses travaux pendant plus de trois ans et de mieux mettre en évidence l'importance de cette charte fondamentale pour l'avenir de notre vivre ensemble.  C'est en tous cas mon attente. Comme Constituant je vais m'y engager de mon mieux avec l'aide des hommes et de femmes de bonne volonté dont parlent les anges de Noël. Ce sera, j'en suis convaincu une belle aventure !

14:41 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |