13/10/2008

Restons les pieds sur terre

Il y a quelques jours je proposais que la Constituante organise ses réunions au Salève pour prendre un peu de hauteur! Cela ne signifie pas qu'il faudrait que les membres de cette Assemblée se mettent systématiquement à faire du delta plane. Au fur et à mesure que l'échéance approche, plus la fébrilité des candidat-e-s dont je suis augmente, sans pour autant que cet enthousiasme semble contaminer le citoyen lambda. On nous annonce du reste un taux de participation très moyen pour cette élection.

Il faut avouer qu'il est difficile de motiver ou de faire rêver les gens avec la proposition assez vague de rénover leur cadre de vie constitutionnel. Les vrais soucis de genevois sont plus concrets et plus immédiats : logement, chômage, coût de la vie voire fumée ou crottes de chiens. D'autre part il n'y a pas de véritable crise institutionnelle, quoi qu'en disent certains candidats. Globalement les citoyens sont plutôt satisfaits du fonctionnement actuel de nos institutions. Ils espèrent bien sûr certaines améliorations, l'évitement de certains doublons ou une meilleure répartition des charges et une plus juste peréquation intercommunale, mais pour le reste je ne crois pas qu'ils aspirent à des changements fondamentaux dans le sytème politique en vigueur. Il faudrait que les tenants du grand chambardement démontrent que d'autres systèmes sont "moins pires" (voire la France, la Belgique ou l'Italie!). L'essayiste franco-suisse François Garçon vient de publier un éloge du modèle suisse dans lequel il explique pourquoi nous nous en sortons beaucoup mieux que les autres. De quoi faire réfléchir. Le modèle n'est pas parfait, il a entre autre le défaut de la lenteur. Mais, comme l'expliquait un de mes professeurs de politique sociale, lorsque finalement un choix est fait ou une décision est prise par le peuple suisse, c'est du solide !

 A ce sujet, il conviendra que dans leur travail, les constitants ne jettent pas le bébé avec l'eau du bain. Certes notre Constitution est devenue illisible ce qui rend nécessaire sa réécriture. Mais il conviendra de se rappeler que bon nombre d'ajouts et bon nombre de droits inscrits dans la présente Constitution sont le fait de choix populaires démocratiquement exprimés. Beaucoup de candidats expriment le désir d'associer largement la population tout au long du processus d'écriture de la nouvelle Constitution. Il ne devront pas oublier que dans l'actuelle texte la population a eu à maintes reprises l'occasion de faire des choix et qu'ils devront aussi avoir du respect pour cette expression d'une volonté populaire.

Cela ne signifie pas que la nouvelle Constituante devra être systématiquement conservatrice. Elle devra aussi contenir un souffle nouveau stimulant  et ouvrir des pistes inovantes pour l'avenir de notre République. Il conviendra de faire la part des choses entre résistance et ouverture. En sachant nous inspirer de ce qu'il y a de meilleur dans le modèle suisse tout en cherchant modestement à le rendre plus vivant et plus opérationnel.

Maurice Gardiol

Commentaires

Merci de nous informer que vous allez ouvrir un site internet, cette fenêtre ouverte nous sera immensément utile!

Écrit par : bertola | 18/03/2009

Les commentaires sont fermés.